Attentats du 13 novembre à Paris - Intox, rumeurs...

Attentats de Paris - Comment aborder les questions sur les attentats en classe?

Crise de l'asile: comment répondre aux discours de haine?

Migration: des chiffres.

Petit dessin animé pour bien comprendre l'actuelle crise des réfugiés:

Un petit livret pour répondre aux préjugés sur les migrants et réfugiés

Les théories du complot : une réécriture des évènements en temps réel

Vague d'islamophobie en France depuis l'attentat contre Charlie Hebdo.

Des mosquées prises pour cibles, les musulmans de France inquiets

Des mosquées prises pour cible (source: nouvel observateur)

L'Allemagne face à la montée du mouvement Pediga

Des idées qui donnent froid dans le dos

Liberté d'expression aux USA.

Royaume-uni, les Musulmans s'inquiètent de la stigmatisation

Jeunes musulmans pacifictes au Musée juif de Bruxelles

Recrutement d'un ancien "Génération Identitaire" à la mairie de Cogolin

Centenaire de la Première Guerre mondiale - "Un peuple montre sa grandeur lorsqu'il défend ses valeurs", souligne Philippe

(source: Belga) Le roi Philippe a rendu hommage mardi aux soldats tombés pendant la Grande Guerre, à l'occasion des commémorations du centenaire de la bataille de l'Yser. "Un peuple montre sa grandeur lorsqu'il défend ses valeurs", a affirmé le Roi, évoquant la résistance de l'armée belge face aux troupes du Kaiser Guillaume II pendant le premier conflit mondial.
Après l'arrivée des hauts représentants étrangers, le Roi a passé les troupes en revue, accompagné de la Musique royale des Guides.
Dans son discours, le chef de l'Etat a souligné que "de part et d'autre du front, tous les soldats (avaient vécu) la même misère. Ils (ont vécu) l'enfer dans les tranchées". Il a appelé à se souvenir du sacrifice de ces centaines de milliers de femmes et d'hommes morts en Belgique pendant le conflit.
"La Belgique reconnaissante entretiendra pieusement leur glorieux souvenir", a indiqué le Roi, récitant ainsi les mots que son arrière-grand-père le roi Albert a prononcés devant les Chambres réunies le 22 novembre 1918.
"Cent ans plus tard, nous renouvellons la promesse du roi Albert. Et alors que retentissent ailleurs de nouveaux canons, nous saisissons le flambeau que nous tendent ceux qui nous ont précédés. C'est le flambeau du droit, de la dignité, et de la paix", a conclu le roi Philippe. (Belga)

 

Lily de Gerlache, déportée à Ravensbrück, réplique à Jan Jambon et aux révisionnistes. Entretien Christian Laporte (source: la libre.be)

Le document original établissant les mesures antisémites du régime de Vichy et annoté de la main du maréchal Pétain vient d'être découvert et authentifié © Mémorial de la Shoah/AFP

Aube dorée en réunion en Belgique

A Marseille, appel à la mobilisation après la profanation de la stèle du Groupe Manouchian (Le Monde.fr | 20.09.2014)

Les expositions itinérantes internationales de la Maison Anne Frank circulent en Belgique flamande et francophone.

Découverte des chambres à gaz de Sobibor

Une maison qui fait l'apologie du nazisme aux portes de Bruxelles (source: la libre.be)

Propos antisémites: Hassan Aarab exclu du CD&V

Gilles Bourdouleix condamné à une amende pour « apologie de crime contre l'humanité » Le Monde.fr | 12.08.2014 à 11h06

Gilles Bourdouleix, maire fraîchement réélu de Cholet (Maine-et-Loire) et député (ex-UDI), a été condamné, mardi 12 août, à une amende de 3 000 euros. La cour d'appel d'Angers devait se prononcer sur des propos que l'élu avait tenus en juillet 2013 : au cours d'une altercation sur un terrain agricole de sa commune occupé illégalement par plus d'une centaine de caravanes de gens du voyage, l'élu, cible de saluts nazis et d'accusations de racisme, avait glissé à un journaliste : « Hitler n'a peut-être pas tué assez » de gens du voyage.

Poursuivi pour « apologie de crime contre l'humanité », l'élu avait été condamné en première instance à 3 000 euros d'amende avec sursis par le tribunal correctionnel d'Angers. Trois mois avant les élections municipales, il avait fait appel du jugement, s'estimant innocent au regard du contexte dans lequel ces propos avaient été tenus. Il encourait une peine de cinq ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

HOSTILITÉ RÉPÉTÉE À L'ÉGARD DES GENS DU VOYAGE

Rapportées le lendemain par le quotidien régional Le Courrier de l'Ouest, ses paroles avaient provoqué un tollé dans les états-majors des partis politiques. Les cadres de l'Union des démocrates indépendants (UDI) puis Jean-Louis Borloo, alors président du parti centriste, avaient condamné les propos et exigé l'exclusion de M. Bourdouleix de la formation politique. Ce dernier les avait pris de vitesse et démissionné.

L'élu a de nombreuses fois fait parler de lui pour son hostilité à l'encontre des gens du voyage. En 2006, il avait lancé une pétition à destination des 36 500 maires de France, réclamant que ces élus aient autorité pour obliger la police nationale à intervenir en cas d'occupation illégale.

Les déboires judiciaires de M. Bourdouleix n'ont toutefois pas empêché sa réélection à la tête de la mairie de Cholet. Candidat à sa succession lors des dernières élections municipales, le maire était alors à la tête d'une liste majoritairement composée de l'équipe municipale sortante. Membre (non inscrit) de l'opposition parlementaire, M. Bourdouleix, une fois le feu médiatique passé, a bénéficié de la mansuétude de l'UMP et de l'UDI.

Sans le soutenir officiellement, les dirigeants des deux partis lui ont néanmoins ouvert le chemin d'un quatrième mandat consécutif en prenant soin de n'investir aucun candidat pour la conquête de la mairie de Cholet. Le maire sortant a été largement réélu avec plus de 55 % des suffrages exprimés au second tour.

 

En Grèce, on peut exploiter des migrants, leur tirer dessus et s’en sortir indemne

En 2013, des employés d’une ferme grecque avaient tiré sur leurs travailleurs – des migrants embauchés illégalement – alors qu’ils réclamaient six mois d’arriérés de salaires.

Le verdict de la cour d’appel de Patras en Grèce a provoqué la stupeur du pays. Le propriétaire d’une ferme de fraises à Manolada dans le Péloponnèse, accusé d’agression et d’emploi illégal de migrants, a été acquitté. Les faits remontent au mois d’avril 2013. Alors que 200 Bangladais employés illégalement demandent leurs 6 derniers mois de salaire impayés, un superviseur, sous le regard de ses collègues, ouvre le feu au fusil de chasse. Une trentaine d’employés a été blessée, sept d’entre eux étaient dans un état critique.

« Un jour noir pour la justice grecque »

Comme le rapporte un billet de blog de Mediapart, le contremaître de la ferme a lui aussi été acquitté. Les surveillants, l’un condamné à 14 ans et sept mois de prison, le second à huit ans et sept mois, étaient en liberté en attendant l’appel du jugement. L’extrême gauche grecque, les associations anti-racisme et les travailleurs migrants ont fermement condamné le verdict, évoquant «  un jour noir pour la justice grecque  ». L’avocat des travailleurs bangladais a jugé la décision «  outrageuse et dégradante  » et a affirmé avoir «  honte d’être grec  ». À l’annonce du verdict, les Bangladais qui attendaient devant la cour d’appel ont éclaté en sanglots avant de protester contre la clémence de la justice.

 

Centenaire de la Première Guerre mondiale - Une application pour partir à la découverte de la Grande guerre en Belgique

La plate-forme de services Cuistax, active dans les nouveaux médias notamment, a lancé vendredi une application qui permet de découvrir le déroulement des événements de la Première Guerre mondiale en Belgique. L'application, baptisée 14-18/TRIP, propose différents itinéraires pour se balader sur les traces de la Grande guerre.

14-18/TRIP permet de choisir, dans l'agenda, des événements commémoratifs et des sites de mémoires ainsi qu'un mode de transport (vélo, voiture ou à pied). Elle propose alors un itinéraire à suivre en Wallonie ou à Bruxelles.
Des contenus multimédias sont disponibles avec, pour chaque contenu, des commentaires et une géolocalisation. L'application rappelle également chaque jour les événements d'août et de septembre 1914.
L'application est entièrement gratuite et est disponible sur iOS 7 iPhone et iPad.
Le projet a été développé avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles. (Belga)

Centenaire de la Première Guerre mondiale - Le Musée royal de Mariemont lance une base de données en ligne

 

Le Musée royal de Mariemont (Hainaut) lancera le 4 août, à l'occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, une base de données en ligne pour permettre au public de se replonger dans cette période charnière de l'Histoire, annonce l'établissement lundi.
La base de données, qui sera enrichie progressivement durant quatre ans, retracera les années de conflit mois par mois et année par année.
L'objectif du projet était d'offrir des supports les plus variés possible. Le visiteur retrouvera donc "des objets issus des collections du musée, des photographies, des lettres mais aussi des extraits de presse ou billets de rationnement", qui le plongeront dans la vie quotidienne de l'époque, a précisé une porte-parole.
L'outil ne sera pas axé uniquement sur Mariemont et sa région, mais comportera une dimension belge et internationale, avec des pièces provenant notamment d'Allemagne et d'Angleterre.
Chaque semaine, le musée mettra également en ligne via son site une chronique hebdomadaire, intitulée "Il y a cent ans ce jour... Mariemont à l'heure de 14-18", qui permettra "à chacun de mieux comprendre et d'aborder la guerre sous ses multiples facettes, allant de la politique générale à la détresse journalière des civils, en passant par les nouvelles du front".
Les éléments du portail seront classées par mois pour faciliter la recherche et resteront visibles durant toute la durée de la "campagne du centenaire". Les différents supports proposés proviennent des collections de Raoul Warocqué, fondateur du musée, ainsi que des "acquisitions de l'équipe scientifique au fur et à mesure des années".
(Belga)

Vel d'Hiv : la France assume enfin, selon le rescapé Joseph Weismann

Le Mans (AFP) - Soixante-douze ans après la rafle du Vel d'Hiv en juillet 1942, la France assume enfin "pleinement" ses responsabilités dans la déportation de 13.000 juifs parisiens, estime le rescapé Joseph Weismann, décoré dimanche au Mans de la médaille des Evadés, qui lui était refusée depuis des années.

"Avec cette médaille, la boucle commencée le 16 juillet 1942 est enfin bouclée. C'est pour moi la reconnaissance de tout ce qui s'est passé", a déclaré à l'AFP M. Weismann, 83 ans, l'un des très rares rescapés de la rafle.

Evadé à l'âge de 11 ans du camp de Beaune-la-Rolande (Loiret) où il avait été conduit après avoir passé trois jours au Vélodrome d'Hiver, M. Weismann avait jusqu'à présent échoué à obtenir la décoration, son cas ne rentrant pas dans les critères d'attribution détaillés dans un décret du 7 février 1959.

A la faveur d'une dérogation "à titre exceptionnel", la médaille lui a été remise dimanche matin par le ministre et élu de la Sarthe Stéphane Le Foll, au Mans, où il réside, lors de la journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat français.

"Cette médaille qui n'avait pas été délivrée illustrait le mélange de honte, de culpabilité et de gêne de la France" concernant cette page de son histoire, estime M. Weismann. Il avait fallu attendre 1995 et Jacques Chirac pour que la France reconnaisse sa responsabilité dans la déportation des juifs.

- "On vient vous arrêter" -

Les 16 et 17 juillet 1942, la police de Vichy avait arrêté 13.152 personnes, dont plus de 4.000 enfant, lors de la plus massive rafle de juifs réalisée en France.

"J'étais un enfant de 11 ans avec son papa, sa maman, ses deux soeurs, rue des Abbesses, dans le 18e", se souvient M. Weismann, dont l'histoire a inspiré le film à succès "La Rafle" en 2010.

"Vers midi, le 16 juillet, je croise dans la rue une camarade qui me dit : +tu devrais rentrer chez toi, c'est pas bon pour les juifs aujourd'hui+. Peu après frappent chez nous deux policiers français, un en uniforme et un en civil, avec un air glacial".

"+Madame, vous avez un quart d'heure pour faire vos valises, on vient vous arrêter+, disent-ils à ma mère".

Conduit avec sa famille et les autres raflés au Vel d'Hiv, Joseph se souvient y avoir vécu trois jours "sans boire, sans manger, avec des toilettes inutilisables, dans une chaleur étouffante".

Transféré à Beaune-la-Rolande, il est sur le point d'être déporté à Auschwitz avec ses proches, le 7 août, quand "arrivent des officiers allemands qui m'extraient du convoi avec d'autres enfants, car contrairement à Vichy, Berlin ne prévoyait pas à ce moment-là de déporter les enfants".

- "Cinq heures sous les barbelés" -

Deux jours plus tard, marqué par "la scène insupportable de la déportation" de ses parents, il réussit l'impensable : une évasion du camp.

"J'étais parvenu à recruter un autre garçon, également prénommé Joseph. Nous avons rampé pendant cinq heures sous d'énormes amoncellements de barbelés. Peut-être que le gendarme dans le mirador dormait, peut-être qu'il a vu mais n'a pas voulu voir, peut-être qu'il n'a rien vu, ce que je pense", témoigne M. Weismann.

Les deux enfants parviennent à rejoindre Paris, non sans avoir au cours de leur périple été livrés par une habitante à des gendarmes... qui les laisse repartir. "Tout a existé, même des braves gens déguisés en gendarmes", note le rescapé.

Joseph Weismann sera ensuite hébergé dans des orphelinats avant d'être accueilli en Sarthe chez une lavandière, où il passe le restant de la guerre.

"Mon ami Joseph s'est exilé aux Etats-Unis et n'a plus jamais remis les pieds en France, +un pays où on tue les femmes et les enfants+".

"En 1948, à la création de l'Etat d'Israël, des amis m'ont proposé d'y émigrer. Mais j'ai toujours été profondément français. Je reste ici."

Aujourd'hui, les poussées électorales de l'extrême droite en France et en Europe lui apparaissent "difficiles à avaler".

Car malgré un ton différent, "le fonds de commerce raciste et antisémite n'a pas changé", estime l'octogénaire.

"Il y a une extrême droite qui existe et qui a toujours existé en France : celle qui précisément a pu cracher son venin sous Vichy", souligne-t-il.

Les écoles sélectionnées pour le Train des 1000

80 écoles avaient posé leur candidature pour le train des 1000, édition 2015. Pour connaître les écoles dont le projet a été retenu et qui participeront à ce voyage exceptionnel, voici le lien à suivre:

 

http://www.treinder1000.be/fr/

 

 

Sortie du documentaire "Fascisme SA"

http://infowarproductions.com/fascisme_sa/

 

Etant donné que le fascisme ne se limite pas à Aube Dorée mais est également promu par des dirigeants politiques, des entrepreneurs et des éditeurs…

Etant donné que les conditions de la crise qui favorisent le fascisme nous entourent et ne sont pas derrière nous…

Etant donné que toute l’Europe s’enfonce rapidement dans l’obscurité de l’extrême-droite…

Cérémonie du souvenir de la Bataille de Gembloux. Dimanche 11 mai 2014 à Gembloux et à Chastre.